Clap de fin pour les Diables Rouges ?

Par défaut

Les Diables Rouges réalisent pour le moment un quasi sans faute dans leur campagne de qualification pour la Coupe du Monde 2014 au Brésil. Actuellement en tête du groupe A, à égalité de points avec la Croatie, la Belgique a des grandes chances de participer à une grande compétition, pour la première fois depuis 2002. Bénéficiant d’une génération de joueurs talentueux, le plat pays pourrait pourtant ne jamais voir Rio. En cause, le possible éclatement du Royaume de Belgique avant 2014.

Depuis plusieurs années, le nationalisme flamand se fait de plus pressant, amplifiant ses scores électoraux à chaque échéance. La prise symbolique de la ville d’Anvers lors des dernières élections communales n’est qu’un énième exemple. Face à une telle éventualité, les scénarios pour l’avenir sont multiples : indépendance de la Flandre et de la Wallonie, rattachement des deux régions, respectivement aux Pays-Bas et à la France, … Une foultitude de possibilités est envisageable. Dans tous les cas, plusieurs questions d’ordre politique se posent : quid de Bruxelles, majoritairement francophone et enclavée en territoire flamand, quid de la minorité germanophone, … Autant de questions qu’il faudra résoudre dans le cas d’un éclatement de la Belgique.

Un, deux ou pas de championnat ?

Du côté du football, l’avenir du championnat belge dépendra clairement du choix politique qui sera fait quant à la modalité de séparation. Championnat flamand et championnat wallon, intégration aux championnats néerlandais et français, survivance du championnat belge tel qu’il existe : autant de possibilités envisageables. En termes de retombées économiques, difficile d’évaluer les conséquences d’un scénario ou d’un autre. La visibilité du football belge étant relativement limitée, peu de chances cela passionne le monde du ballon rond, au contraire d’une éventuelle séparation entre Espagne et Catalogne. Et pourtant, cela pourrait avoir un retentissement important sur la scène européenne, tant les séparatismes sont de plus en plus nombreux à émerger ou à persister (Pays Basque, Italie du Nord, …). La séparation de la Belgique du football pourrait préfigurer un mouvement plus vaste sur tout le continent. La réaction de l’UEFA sur la question pourrait d’ailleurs nous éclairer un peu plus.

D’un point de vue strictement sportif, difficile de dire si les championnats qui naîtraient dans le cadre d’une indépendance de la Flandre, et donc de la Wallonie, serait capable de bien figurer dans les compétitions européennes. 12 des 16 clubs participant au championnat de première division belge cette année sont des clubs flamands, 3 sont des clubs wallons et Anderlecht demeure un cas particulier puisque « domicilié » dans la région de Bruxelles-Capitale, dont l’avenir est difficile à envisager. Un éventuel championnat flamand serait d’un niveau relativement proche du championnat belge. Seuls deux clubs historiques belges manqueraient à l’appel : le Standard de Liège, et le RSC Anderlecht. Le championnat wallon, par contre, serait une faiblesse qui le plongerait sans doute dans les abysses du classement de l’indice UEFA des clubs.

Des Diables Rouges sacrifiés sur l’autel du séparatisme ?

La conséquence majeure que peut craindre la Belgique concerne son équipe nationale. Assiste-t-on aux dernières heures des Diables Rouges ? C’est bien possible. Alors que l’équipe affichait jusqu’à ces dernières années une faiblesse à la limite de l’affligeant, le plat pays bénéficie aujourd’hui d’une génération exceptionnelle de talent, et ce à quasiment tous les postes. Les buts risquent fort d’être bien gardé pour la décennie à venir avec Thibaut Courtois, qui pu montrer l’étendue de son talent avec l’Atlético Madrid, club auquel il est prêté depuis maintenant plus d’une saison par Chelsea, qui n’a pas hésité à débourser plus de 6 millions d’euros pour un joueur d’à peine 20 ans à l’époque. La défense apparaît comme le poste le mieux fourni : Kompany, Vermaelen, Vertonghen, Lomberts, Alderweireld, voire même le vétéran Van Buyten. Beaucoup de sélectionneurs rêveraient de disposer d’autant de défenseurs centraux de qualité. Le milieu de terrain n’est pas moins talentueux, avec notamment Witsel, Fellaini ou encore Dembélé. En attaque, on retrouve deux phénomènes : Eden Hazard, le prodige arraché cet été au LOSC par Chelsea pour 40 millions d’euros, et Romelu Lukaku, lui aussi à Chelsea, actuellement prêté à West Brom pour la saison, qui tarde à confirmer en Premier League son talent aperçu avec Anderlecht. Clairement la disparition de la Belgique signerait l’acte de décès d’une équipe nationale disposant d’une marge de progression importante, capable de très bien figurer dans deux ans au Brésil. Ce serait assurément une perte pour le football européen, à l’heure où certaines « grandes » nations ne semblent pas en mesure de se relever de leurs échecs passés.

Quelque soit le scénario de fin de la Belgique, les joueurs trouveront tous une nouvelle équipe nationale, selon les modalités qui seront prévues par la FIFA et l’UEFA. Mais là n’est pas l’enjeu principal. Dans une Belgique que beaucoup voudrait voir disparaître, les Diables Rouges sont encore un des symboles de l’unité nationale. La majorité des belges serait-elle prête à s’engager sur le terrain plus que glissant de la séparation ? Rien n’est moins sûr, tant une telle hypothèse paraîtrait hors-jeu dans le contexte européen actuel. Espérons pour les Rode Duivels (version flamande, il n’y pas de raisons) que leur bon parcours en éliminatoires ne se termine pas en eau de boudin pour la Belgique.

C.B.

Retrouvez le reste du dossier Football & nationalismes.

Article également publié le 6 novembre 2012 sur Carnet Sport.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s