Chartres : entre confirmations et révélations aux championnat d’Europe en petit bassin

Par défaut

Du 23 au 25 novembre avaient lieu à Chartres les championnats d’Europe de natation en petit bassin. Après 3 jours de compétition, le verdict est sans appel : les français ont très largement dominé les épreuves, glanant 29 médailles, dont 12 titres. Loin derrière au classement des médailles, on retrouve le Danemark, la Hongrie et la Russie (12 médailles). De quoi conforter un peu plus la France comme une place forte de la natation en Europe.

Malgré des absences remarquées, comme celle de Camille Lacourt, la délégation française est arrivée en nombre à Chartres, quelques jours après des championnats de France en petit bassin éclaboussé par la domination des niçois Camille Muffat et Yannick Agnel.

Des confirmations attendues

Sur leur lancée, les deux collègues d’entrainement du côté des Alpes-Maritimes opèrent une razzia de médailles. Deux titres en individuel pour Muffat, dont un record du monde sur 800m nage libre, et un titre en relai, sur le 4x50m nage libre mixte, épreuve totalement inédite, avec Frédérick Bousquet, Florent Manaudou et Anna Santamans (sans oublier Amaury Leveaux, Medhy Metella, Charlotte Bonnet et Beryl Gastaldello, qui avaient nagé en séries). Yannick Agnel, quant à lui, repart de Chartres avec trois médailles individuelles, dont deux titres (200m et 400m nage libre), et une médaille de bronze sur 100m nage libre, derrière les russes Morozov, meilleure performance mondiale de l’année en 45’68, et Lagunov).

Dans la catégorie confirmation, on peut aussi citer Florent Manaudou, titré à cinq reprises, et à 5 centièmes du podium sur 50m brasse. Vainqueur du 50m nage libre, il participe au succès des relais français sur 4x50m nage libre (avec F. Bousquet, Jérémy Stravius, Amaury Leveaux, Joris Hustache, Grégory Mallet et Medhy Metella), 4x50m 4 nages (avec J. Stravius, Giacomo Perez Dortona, F. Bousquet, Dorian Gandin, Romain Sassot et G. Mallet), 4x50m nage libre mixte et 4×50 4 nages mixte (avec J. Stravius, Mélanie Henique, A.  Santamans, Cloe Credeville, Justine Bruno et F. Bousquet).

Des retours au premier plan

Après un début de saison marqué par des contre-performances lors des championnats de France qualificatifs pour les Jeux, Jérémy Stravius signe son « grand retour » à Chartres. Il remporte le 50m dos, approchant le record de France de Camille Lacourt, qu’il battra quelques minutes plus tard au départ du relai 4x50m 4 nages mixtes (23’13 pour l’amiénois, soit 3 centièmes de mieux que Lacourt). Il prend également part aux relais français titrés (4x50m nage libre et 4x50m 4 nages messieurs, 4x50m 4 nages mixte).

Comme toujours, les coulées rapides et longues sont à la base de son succès, ce que le favorise grandement en petit bassin vis-à-vis de ses concurrents, moins à l’aise en coulées. Pour son entraîneur Michel Chrétien, les podiums lors des championnats du monde en grand bassin à Shanghai en 2011 avaient sans doute laissé des traces, désormais oubliées, ou plutôt surmontées. A côté de Jérémy Stravius, sa collègue d’entraînement Mélanie Henique accroche une troisième médaille de bronze, après celles de Shanghai et Budapest (championnat d’Europe en grand bassin, 2010), sur 50m papillon. Ses soucis à l’épaule semblent désormais appartenir au passé.

Des révélations en nombre

Derrière Agnel et Muffat, ce sont deux autres nageuses de Fabrice Pellerin qui se sont « révéelées » au grand public pendant ces championnats : Charlotte Bonnet et Anna Santamans. La première nommée accorche deux médialles individuelles à son palmarès, et pas des moindres : l’argent sur 200m nage libre derrière Muffat, et le bronze sur 100m, 10 centièmes derrière la danoise Jeanette Ottesen. Elle décroche également une médaille d’or en relai sur le 4x50m nage libre mixte.

Quant à sa collègue d’entraînement, Anna Santamans, elle décroche l’or sur le même relai, sur le 4x50m 4 nages mixte et le bronze sur 4x50m 4 nages dames (avec Laure Manaudou, Mélanie Henique, Fanny Babou et Beryl Gastaldello). Dans la catégorie révélations, on peut également citer Giacomo Perez Dortona, qui décroche le bronze sur 50m brasse, une médaille qui vient, au moins en partie, chasser la frustration de Dunkerque ou des Jeux, où quelques centièmes l’avaient privé de qualification et de demi-finale, respectivement. Médaillé, il l’est également sur le relai 4 nages messieurs.

Enfin, il ne serait pas question de parler de révélations sans parler de Medhy Metella (oui, ce nom vous dit quelque chose, mais il n’est pas question de parler de sa sœur Malia, qui paraît-il le maltraite). Il décroche sa première médaille internationale sur 100m papillon, quelques centièmes derrière Rafael Muñoz Pérez, champion d’Europe en titre de la spécialité en grand bain, excusez du peu. Quoi qu’il en soit, retenez bien ces quatre noms, ils pourraient sans doute se rappeller à vos bons souvenirs lors des championnats de France à Rennes en mars, ou lors des Mondiaux de Barcelone en juillet prochain.

Laure Manaudou : stop ou encore ?

Cette compétition a aussi été marquée par de belles performances de Laure Manaudou, titré sur 50m dos, seconde sur 100m dos et troisième avec le relai 4×50 4 nages dames. Après des championnats de France plutôt réussis, celle qui restera comme l’une des plus grandes nageuses françaises de l’histoire, si ce n’est la meilleure, montre qu’elle est toujours au niveau. Mais ce ne sont pas ses bonnes performances qui ont focalisé l’attention des médias, mais bien sa possible retraite à la fin de la saison, c’est-à-dire au lendemain de ces championnats. Elle l’a encore répété aux journalistes, sa décision n’est pas encore prise. Même si beaucoup laissent planer le doute sur la possibilité qu’elle continue l’an prochain, à commencer par son entraîneur à Marseille, Romain Barnier, selon lequel il reste « 1% de chances qu’elle continue ». La natation française dirait alors au revoir, pour la seconde fois, à celle qui a lancé la vague de succès sur lequel surfe la discipline en France avec son titre olympique sur 400m nage libre à Athènes en 2004.

D’un point de vue franco-français, ces championnats sont largement réussis, malgré quelques petites déceptions, si tant est que l’on puisse parler de déception. Amaury Leveaux repart avec deux médailles en relais, lui qui avait annoncé dès le début de la compétition qu’il était en manque de rythme, et qu’il allait « au casse-pipe ». Quoi qu’il en soit, nul doute qu’on le retrouvera en forme la saison prochaine. Derrière l’équipe de France, la concurrence européenne semble loin, même si de nombreux nageurs n’étaient pas engagés à Chartres. En dehors des Hongrois, qui peuvent remercier László Cseh et Katinka Hosszú, et des Russes, peu de nations européennes semblent pouvoir rivaliser, mais l’équipe de France ne doit absolument pas se reposer sur ses lauriers, au risque de tomber de haut à Barcelone l’an prochain, où la concurrence sera autrement plus féroce.

C.B.

Article initialement publié le 29 novembre 2012 sur Carnet Sport.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s