L’exception galloise

Par défaut

Depuis le XIXème siècle et les débuts du football, le Royaume-Uni a toujours clairement été divisé en quatre. Quatre équipes nationales : Angleterre, Pays de Galles, Ecosse, Irlande – puis Irlande du Nord à partir de 1921, date de la partition de l’île – et autant de championnats. Toutefois, malgré la séparation, certains clubs, tous gallois, jouent au sein des championnats anglais. Histoire d’une anomalie.

Si la  question de la naissance du football est sujette à débat, il est en revanche clair que la codification du sport est une œuvre britannique. A partir de 1848 (Cambridge Rules), les tentatives de codifications parviennent progressivement à unifier la pratique du football outre-Manche. 1863 marque une étape fondamentale : la première Fédération, la Football Association, est créée en Angleterre. Elle adopte les premières lois du jeu à proprement parler. Progressivement, les clubs se créent, et les autres nations britanniques créent leurs fédérations : l’Ecosse en 1873, le Pays de Galles en 1876 et l’Irlande en 1880. En 1883, les quatre fédérations fondent l’IFAB (International Football Association Board), qui convient (enfin) de règles communes à la pratique du football. Rapidement affiliées à la toute récente FIFA (créée en 1904), la séparation stricte entre les équipes nationales de la Couronne britannique est entérinée.

La naissance tardive de la Welsh Premier League

Le premier championnat d’Angleterre est disputé en 1888-1889. Puis suivent l’Irlande et l’Ecosse, qui créent leur championnat en 1890. Contrairement aux autres nations, le Pays de Galles ne crée alors de championnat majeur à proprement parler : des championnats régionaux sont progressivement créés, mais les « gros » clubs gallois participent aux compétitions anglaises. Le plus ancien club gallois, Wrexham FC (fondé en 1864), est le premier à participer aux compétitions anglaises : situé à la frontière entre le Pays de Galles et l’Angleterre, le club juge plus profitable de prendre part aux championnats organisés de l’autre côté de la « frontière ». D’autres clubs professionnels suivent l’exemple de Wrexham et intègrent les championnats anglais. C’est notamment le cas de Cardiff City FC et Swansea City AFC. Cardiff City remporte ainsi la FA Cup en 1926.

Il faut finalement attendre le début des années 1990, soit plus d’un siècle après la création des premiers championnats en Grande Bretagne, pour voir le Pays de Galles se doter d’un véritable championnat national professionnel, sur injonction de l’UEFA. Logiquement, tous les clubs gallois sont invités à y participer. Toutefois, les clubs gallois participant aux championnats anglais refusent d’y participer.. Parmi ces clubs, on retrouve Wrexham, Cardiff et Swansea. Certaines équipes ont finalement fait le choix de participer au championnat gallois, comme Bangor City FC, quand d’autres l’ont quitté. La première saison du championnat se déroule en 1992-1993, 20 clubs y participaient.

Les avantages d’une participation aux championnats anglais

Si l’immense majorité des clubs gallois participe aux compétitions organisées par la Fédération galloise, il n’en demeure pas moins que les principaux clubs gallois préfèrent continuer à participer aux championnats anglais. Cela relève d’un choix logique : ils y jouissent d’une visibilité bien plus importante que n’importe quel autre championnat, et de retombées économiques considérables. Les droits TV retiré de la participation à la Premier League par Swansea la saison passée s’élèvent à 58,6 millions d’euros. Aucun autre championnat ne pourrait garantir au club gallois un tel montant. La participation à la Premier League permet à Swansea de remplir son stade presque entièrement à chaque match. Sur la saison 2011-2012, l’affluence moyenne diffère très peu de la capacité totale du Liberty Stadium (20 377 contre 20 621) ; certains matchs se sont disputés à guichets fermés, dont les chocs contre Manchester United, Manchester City, Arsenal, Tottenham et Chelsea.

A côté de l’aspect marketing et économique, il est évident que l’aspect sportif pousse les « gros » clubs gallois à participer aux championnats anglais, où le niveau est autrement plus élevé que dans les compétitions galloises. Rappelons à ce titre que la Welsh Premier League est actuellement classée à la 48ème place de l’indice UEFA, sur 53… De même, l’immense majorité des joueurs gallois évolue en dehors du championnat national.  Des 25 joueurs convoqués pour les matchs contre l’Ecosse et la Croatie en octobre dernier, 19 évoluent en Angleterre. Ce phénomène n’est pas nouveau puisque la plupart des grands joueurs gallois a toujours évolué en Premier League, de Garry Speed à Gareth Bale, en passant par Ryan Giggs.

Contrairement à l’Irlande du Nord, mais surtout à l’Ecosse, le Pays de Galles semble, sur le plan footballistique, bien proche du voisin anglais. Sur les 18 joueurs formant l’équipe de Grande Bretagne aux Jeux Olympiques, on ne dénombre que des anglais (13) et des gallois (5), sans doute un indice de plus de la proximité entre les deux nations, au moment où l’Ecosse s’apprête à voter et à choisir quel chemin elle désire emprunter entre la continuation de l’Union et l’indépendance.

C.B.

A lire (en anglais) : Wales in the English Premier League, a potted history of a cross-border anomaly

Article également publié le 17 janvier 2013 sur Carner Sport.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s