Missy Franklin, comme Phelps ?

Par défaut

Sa précocité, sa polyvalence et sa domination: tout ou presque chez Missy Franklin rappelle son aîné Michael Phelps. De quoi augurer un avenir radieux pour la nouvelle reine de la natation ?

Shanghai, 2011. C’est lors des 14èmes championnats du Monde de natation que le monde découvre Missy Franklin. Alors âgée de 16 ans, l’américaine repart de Chine avec 3 titres. Un en individuel sur 200 dos, battant le record des Amériques en 2:05.10, tout près du record du monde alors détenue par la zimbabwéenne Kirsty Coventry (2:04.81). Deux en relais, sur le 4×200 NL et le 4×100 4 nages. Elle décroche également l’argent sur le 4×100 NL et le bronze sur 50 dos. Au même moment, Michael Phelps récolte 4 titres (100 et 200 papillon, 4×100 NL et 4×100 4N), ainsi que 2 médailles d’argent (200NL et 200 4N) et le bronze sur 4x100NL. Sa domination sans partage est clairement mise à mal à Ryan Lochte, mais le nageur de Baltimore reste encore et toujours le patron.

Londres 2012 : la naissance d’une star des bassins

Lors des sélections américaines pour les JO de Londres, la californienne se qualifie assez facilement sur 100 et 200 dos, battant le record des Amériques sur l’aller-retour (58.85). Elle se qualifie également sur 100 et 200 NL, terminant deuxième, derrière Jessica Hardy et Allison Schmidt, respectivement. Aux Jeux, alors que Phelps finit d’écrire sa légende en remportant l’or sur 100 papillon, 200 4N et les relais 4×200 NL et 4×100 4N et l’argent sur 200 papillon et  4×100 NL, Missy Franklin remporte 4 titres, sur 100 et 200 dos et 4×200 NL et 4×100 4N. Elle se paie même le luxe de battre le record du monde du 200 dos, établit à Rome en 2009 par Kirsty Conventry, en 2:04.06. Avec 5 breloques (le bronze sur 4×100 NL), le « Missile » est la nageuse la plus médaillée de ces jeux londoniens.

Missy passe alors dans une autre dimension, devenant une véritable star aux Etats-Unis. Alors que Phelps prend sa retraite sportive, la FINA la nomme nageuse de l’année, et le magazine Swimming World Magazine la désigne nageuse de l’année et nageuse américaine de l’année. Les apparitions publiques se multiplient, ce que ne fait pas pour autant tourner sa tête. Comme Michael Phelps avant elle, elle reste concentrée sur ses objectifs malgré les sollicitations, avec les Mondiaux de Barcelone en ligne de mire.

Barcelone 2013 : la confirmation

Contrairement à 2011, Missy Franklin arrive à ces mondiaux dans un costume de grande favorite. Elle est engagée sur 7 épreuves, dont les 3 relais (4×100 NL, 4×200 NL, 4×100 4N). Si l’on excepte le 100 NL, où elle finit 4ème en 53.47 à 5 centièmes de la 3ème place occupée par la néerlandaise Ranomi Kromowidjojo, elle remporte toutes les courses qu’elle dispute. Sur le 200 NL, elle termine devant Federica Pellegrini, et Camille Muffat, longtemps devant. Sur le 200 dos, elle survole sa finale en 2:04.76, loin devant sa dauphine Belinda Hocking (2:06.66). Sur les relais, les américaines ne sont réellement inquiétés que par les australiennes sur le 4×100 NL. En remportant 6 titres lors d’une seule et même compétition mondiale en grand bain, Missy Franklin rejoint un club très fermé auquel appartiennent déjà Marc Spitz, l’est-allemande Kristin Otto et … Michael Phelps.

A seulement 18 ans, le « Missile » totalise déjà 9 titres mondiaux et 4 titres olympiques. Si elle suit les traces de son glorieux aîné, elle est encore très loin des 26 titres mondiaux et 18 titres olympiques du nageur originaire de Baltimore. Aucune nageuse ne semble aujourd’hui en mesure de concurrencer la californienne sur les épreuves de dos – 50 mètres excepté. Sur 200 et 400 NL, en revanche, tant Camille Muffat que Federica Pellegrini – toujours détentrice du record du monde du 200 – voire même Sarah Sjöström semblent en mesure de l’inquiéter. Contrairement à Phelps, elle ne dispute pas d’épreuves de 4 nages (2:11.69 sur 200 4N à 5s du record du monde). Un défi pour les années à venir ?

Gabarit hors-normes – 1m87, 46 de pointure – comme Phelps, rien ne dit que Franklin aura la même carrière que le natif de Towson. Rares sont les nageuses précoces comme elle l’est dont la carrière dure dans le temps. Les 11 ans de carrière à très haut-niveau sont une exception dans la natation. Missy Franklin s’apprête aujourd’hui à quitter le Colorado et son entraîneur de toujours, Todd Schmitz. A la rentrée, elle s’entraînera à Barkeley, en Californie, son Etat de naissance. Ce changement la perturbera-t-elle ? Ou parviendra-t-elle à progresser et à dominer de la tête et des épaules la natation mondiale comme l’a fait Phelps ? Avec Rio dans le viseur, elle devra redoubler d’efforts pour espérer égaler un jour Michael Phelps et ses 18 titres olympiques.

C.B.

Image : David Phillip, AP

Article également publié le 5 août 2013 sur beIN Sport Your Zone.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s